par Jade Jehle, Directrice artistique & Bloggeuse

« Une personne avec connaissance grandissante et une éducation sensorielle peut tirer un plaisir infini dans le vin »  – Ernest Hemingway

« Boire du vin, c’est boire du génie. » Charles Baudelaire

Plusieurs peuvent être dépendants à l’alcool, que ce soit de ses effets apaisants après une longue journée, ou de cette sensation euphorique parfois ressentie.Mon type d’alcool préféré? Le vin! Pour sa commodité et son contenu en alcool plus léger, son goût rafraîchissant (le vin blanc et le rosé) ou pour cette petite touché qu’il ajoute à un dîner romantique parfait (vin rouge pour la plupart!).

Tandis que la consommation modérée permet de réduire les risques de maladies cardiovasculaires, boire une quantité excessive de vin augmente les taux de mortalité pour toutes sortes de maladies reliées ou non au cœur. Comme vous le savez bien, tout est dans la modération, il ne suffit que de trouver un juste milieu (bla bla bla… J). Mais, sérieusement, sachant qu’un verre de vin occasionnel (1 à 2 fois pour moi, je n’ai aucune tolérance à l’alcool!) aide à maintenir une bonne santé vasculaire est une bonne nouvelle pour nous tous. En fait, ne vous gênez pas de boire quelques verres de vin par jour selon Dylan W. de Lange, chercheur au laboratoire Thrombosis and Haemostasis du centre médical de l’université d’Utrecht, Pays-Bas :

« Dans ces études larges, les taux de mortalité étaient globalement des plus bas chez les personnes qui boivent entre deux et cinq verres par jour, comparativement à ceux qui s’abstenaient complètement ou buvaient excessivement. Ceci est connu sous le nom de la courbe en forme de U. Les Français ont adopté ce concept en essayant de prouver que la consommation de vin rouge est bénéfique pour la santé. Cette notion est devenue le « paradoxe français », l’hypothèse disant que les buveurs de vin rouge ont de faibles risques aux maladies cardiovasculaires malgré leur consommation de cigarettes et leur apport quotidien d’aliments gras. » – Addiction Technology Transfer Center (ATTC)

À votre santé, alors! 🙂

Malgré cela, il fut remarqué que les femmes, de nos jours, auraient atteint un niveau élevé de consommation de vin due au stress qu’elles vivent. Cette consommation plus fréquente que dans les années et siècles précédents serait même devenue un automatisme, une habitude surtout vue chez les jeunes mères, entre autres. En d’autres mots : vous sentez du stress, de la nervosité = vous vous versez un vers de vino. Pas très recommandé! Notre éditrice en chef Marie-Claude, quant à elle, s’entraine excessivement au gym lorsqu’elle est stressée… Ne serait-ce pas super d’être comme elle?!

« Dans le domaine de la santé, cette situation est observée avec inquiétude, et certains spécialistes de la toxicomanie font des comparaisons avec d’autres dépendances auxquelles les femmes peuvent être plus vulnérables, comme les dépendances alimentaires » – Caren Lissner, The Washington Post

(P.S.: Je vais faire une série sur les dépendances alimentaires… J’en ai l’eau à la bouche rien qu’à penser à manger tout plein de bonnes choses…!)

Plusieurs chercheurs australiens  ont même prouvé un changement dans les habitudes de consommation selon les sexes: de nos jours, les femmes boivent autant que les hommes, contrairement au 20e siècle, où les femmes buvaient significativement moins. Malheureusement, puisque les femmes ont une masse du corps inférieure à celle des hommes, elles ont moins d’eau pour disperser l’alcool à travers leurs corps et ressentent ainsi plus rapidement les effets de l’alcool.

Si vous avez exagéré avec l’alcool à quelques reprises de trop, en comprenant que c’est l’été, la saison parfaite pour le vin blanc, sangria, etc., je tiens tout de même à vous rappeler les effets néfastes des beuveries (désolée, c’est pour votre bien! 😛 ) :

  • Des hauts niveaux de cholestérol et de toxines dans le corps causé par la lente détoxification du foie,
  • Le vieillissement prématuré,
  • L’augmentation du risque d’infertilité chez les femmes,
  • La perte de désir sexuel chez les hommes en raison de l’épuisement des hormones sexuelles,
  • L’altération du sommeil entraînant une agitation et une concentration insuffisante.

Donc, la modération est la solution, et le vin rouge peut certainement être consommé en petite quantité presque à chaque jour selon les études mentionnées ci-haut! Rappelez-vous de toujours manger pendant ou avant de boire.

En tant que bonus, puisque c’est l’été, je voulais vous laisser savoir que le vin et les dérivés de raisin contribuent également à protéger votre peau contre les coups de soleil. Tel qu’expliqué par des scientifiques de l’université de Barcelone en Espagne dans  The Journal of Agricultural Food and Chemistry, l’effet endommageant des rayons UV est réduit grâce aux flavonoïdes que contiennent le raisin et sa peau. Est-ce que je viens de vous donner envie de sortir sur une terrasse sous le soleil avec un verre de sangria? Santé! 😉