by Geneviève Parent and Annabel McLaughlinBloggers

Maintenant à la fin de nos études universitaires, faisant toutes les deux une maîtrise en sexologie, nous recevons souvent des questions sur le domaine. Il faut dire que l’Ordre professionnel des sexologues du Québec est encore jeune, sa création remontant en 2013. Le sexologue est un professionnel qui évalue le comportement et le développement sexuels d’une personne. Cette dernière peut être un individu, un couple, une famille, un groupe ou une collectivité. Tel que présenté par l’Ordre professionnel des sexologues du Québec (OPSQ) : « la finalité de la pratique du sexologue vise à favoriser un meilleur équilibre sexuel chez l’être humain en interaction avec son environnement. Ses interventions visent à l’amélioration, le maintien ou le rétablissement de la santé sexuelle. Lorsque la santé sexuelle est détériorée, un nouvel équilibre est à réinstaurer et le sexologue dispose à cet égard d’un ensemble d’interventions et de traitements qu’il peut déterminer, recommander ou appliquer ».

Les secteurs de pratique de la sexologie sont variés, le sexologue pouvant travailler en cabinet privé, en établissement de santé et de services sociaux (CSSS, centre jeunesse, directions de santé publique, hôpitaux), en établissement du réseau scolaire (écoles, commissions scolaires), en établissement de services correctionnels et dans les milieux communautaires (CAVAC, maisons d’hébergement)

Parmi les interrogations sur la sexologie, plusieurs se questionnent quant à la formation académique nécessaire à cette profession. Pour obtenir le titre de sexologue, il faut posséder un baccalauréat ou une maîtrise en sexologie ou une formation équivalente, reconnue par l’Ordre. L’Université du Québec à Montréal (UQÀM) est la seule université en Amérique du Nord à offrir un baccalauréat en sexologie. Le programme est seulement offert en français, c’est probablement pourquoi le métier de sexologue n’est pas quelque chose de très connu ou commun dans les autres provinces canadiennes ou encore ou États-Unis. Il est possible d’exercer la profession de sexologue directement après le baccalauréat. Pour ceux qui désirent obtenir le titre de psychothérapeute, la maîtrise concentration clinique donne accès à la pratique de la sexothérapie.

Bien souvent, les gens ignorent que le baccalauréat en sexologie est un BAC professionnel qui permet l’acquisition du titre de sexologue. On qualifie communément les finissants en sexologie de sexologues éducateurs.

Les sexologues bacheliers sont habiletés à faire de l’éducation sexuelle, des programmes de sensibilisation et de prévention, et peuvent également faire de la relation d’aide et de l’accompagnement pour les personnes dans le besoin. Dans ce tournant de revendication pour le retour de l’éducation sexuelle dans le programme scolaire, les sexologues sont les professionnels les mieux formés pour ce mandat d’enseignement. Malheureusement, les limites budgétaires font en sorte que les sexologues ne sont pas les personnes désignées à le faire. Cette question pourrait faire l’objet d’un article à lui seul, mais la réflexion demeure importante et il faut propager l’idée que les sexologues sont les personnes-ressources pour une éducation sexuelle de qualité.

Ainsi, il faut distinguer la profession de sexologue éducateur de celle de sexologue et psychothérapeute. Ce dernier possède non seulement le permis de sexologue, mais également celui de psychothérapeute, attesté par l’Ordre des psychologues du Québec (OPQ). Le programme de maîtrise clinique en sexologie est approuvé par l’OPQ et permet au sexologue complétant la maîtrise d’obtenir le permis de psychothérapeute et par le fait même, de pratiquer la sexothérapie. L’évaluation des troubles sexuels est l’activité réservée aux sexologues psychothérapeutes, ce qui veut dire qu’ils sont les seuls professionnels à pouvoir le faire.

De notre côté, nous (Annabel et Geneviève) chérissons l’idée d’ouvrir une clinique offrant des services sexologiques, tels que la thérapie de couple et la thérapie individuelle pour différentes problématiques sexuelles. Pour nous la profession de sexologue et psychothérapeute est passionnante et stimulante à plusieurs niveaux. C’est pour nous un réel plaisir de pouvoir aider les gens dans la sphère la plus intime de leur vie et de les accompagner dans leur processus d’évolution.

Nous aimerions également savoir quels seraient vos sujets d’intérêt pour nos futurs articles sur Heels & Brains ? Le cycle menstruel en toutes ses étapes ? La formation des spermatozoïdes et des ovules? la stérilité? Le développement sexuel à la puberté ?

Laissez un commentaire ci-dessous pour tout autre questionnement ou sujet qui vous intéresse.