Par Jade Jehle, Directrice artistique & Bloggeuse

Avez-vous souvent passé du temps à tenir la porte du réfrigérateur ouverte, à la recherche de réponses? Vous n’êtes pas seul(e)s, et je crois fermement qu’écouter mon corps et le satisfaire soit une partie essentielle d’un mode de vie équilibré. Cependant, en faisant de la recherche à ce sujet, les études et les données montrent différentes raisons menant à notre dépendance aux aliments et aux fringales. D’ailleurs, les femmes sont généralement plus susceptibles de ressentir des fringales que les hommes… « Hips don’t lie » ?  🙂

Désire une chose, et tu l’auras. Renonce à l’envie, et l’objet te suivra.

Il n’y a pas de fin à l’envie. Le contentement seul est donc le meilleur moyen de parvenir au bonheur. Par conséquent, rendez-vous heureux en vous laissant tenter par votre désir. 

– Swami Sivananda

Ou, comme le dit si passionnément Chuck Norris, « soyons réalistes: tant de ce que nous consommons n’est pas motivé par la connaissance, mais par la soif et l’impulsion même. Le processus de ce que nous mangeons commence dans nos têtes. Et personne n’est plus dans nos têtes qu’une industrie alimentaire qui dépense des milliards de dollars pour commercialiser son message par tous les moyens possibles ».

D’un point de vue scientifique, les fringales commencent à se manifester et se répètent en raison des zones de notre cerveau responsables de la mémoire et de la détection du plaisir. L’hippocampe, l’insula et le caudé sont trois zones du cerveau où le désir de nourriture est activé. Étonnamment, les études montrent également que les zones de mémoire du cerveau sont plus importantes que le centre de récompense du cerveau quand il s’agit de fringales et de gourmandise. Le fait de penser et vouloir une fringale est plus forte que le sentiment de récompense en soi !

Selon Adam Drewnowski (Ph.D.) de l’Université de Washington, « en outre, bloquer les récepteurs opiacés dans le cerveau, dont le plaisir sensoriel, peut réduire ou mettre fin au désir d’une personne de manger des aliments riches en graisses et en sucre ».

Mis à part les facteurs physiologiques, les fringales sont également causés par l’émotion et le désir – facile pour nous de contrôler… ou non? Les experts affirment souvent que les fringales surviennent pour satisfaire un besoin émotionnel, et malheureusement, les glucides augmentent nos niveaux de sérotonine, l’hormone qui nous procure un sentiment d’apaisement et un effet calmant.

Alors que la faim rempli une fonction utilitaire, la stimulation de la dopamine et la récompense chimique que nous obtenons de la satisfaction suite à une gourmandise ont été comparées à la toxicomanie dans plusieurs études. Voici pourquoi: les deux comportements suivent simplement des voies neuronales similaires. Le plaisir et la récompense que nous obtenons à travers les fringales sont des versions plus douces de ce que les toxicomanes éprouvent quand ils sont sous l’effet de drogues.

Mes meilleurs conseils anti-fringales:

  • Manger des épinards
    Les extraits d’épinards ou les épinards crus ralentissent la digestion des graisses et augmentent le niveau d’hormones qui réduisent l’appétit!
  • Boire plus d’eau
    C’est ennuyeux? Buvez des thés différents tout au long de la journée dans les saisons froides, et aromatisez votre eau avec des fruits ou des agrumes les jours plus chauds!
  • Imiter la belle au bois dormant
    La privation de sommeil perturbe les fluctuations hormonales et entraîne généralement de fortes envies et/ou un appétit plus fort pour compenser le manque d’énergie. Alors dormez suffisamment !
  • Planifier vos repas
    Non seulement cela est-il plus sain puisque cela vous permet de choisir vos ingrédients, mais vous gagnez aussi du temps en préparant plusieurs repas à la fois, pouvant vous durer plusieurs jours! Et n’oublions pas l’avantage de coût 🙂